Centre de l'Imaginaire Arthurien

Le Blog officiel du Centre de l'Imaginaire Arthurien

Dernières nouvelles d’Écosse et plus particulièrement d’Orcanie

Poster un commentaire

  • Fouilles au Ness de Brogar

Stenness (gravure du XIXe siècle)

Bien avant que Gauvain n’en devienne le prince, les Orcades – l’ancienne Orcanie, l’Orkenise d’Apollinaire – avaient déjà de quoi attirer et fasciner. Les cercles de pierre, les chambres néolithiques, les tumulus comme Maes Howe, le grand vaisseau de la mort de Midhowe, la Tombe des Aigles ou celle des Chiens, et l’incroyable village de Skara Brae : on n’en finirait pas d’évoquer les premières traces laissées par les insulaires d’il y a cinq millénaires.

La BBC a diffusé le 1er janvier dans la série A history of Ancient Britain, un documentaire consacré au Ness of Brogar, site néolithiques des Orcades. Depuis, on lit ici et là qu’une découverte extraordinaire vient d’être faite sur la plus grande de ces îles au Nord Est de l’Écosse, ce Mainland qu’on appelait autrefois Pomona, un nom bien révélateur de la douceur et de la fertilité de cette terre.

Le leitmotiv ? « On a trouvé mieux que Stonehenge, plus ancien, une véritable cathédrale néolithique, qui va révolutionner la connaissance que nous avons de la religion de ces temps lointains. »

Avant de se joindre aux célébrations, peut-être faut-il rappeler que des monuments plus anciens que Stonehenge, il y en a plein les îles britanniques et que le sous-sol des Orcades en est particulièrement riche. Que Stonehenge reste unique, comme Lascaux, Altamira ou Maes Howe (aux Orcades, justement) par la puissance de son extraordinaire architecture et par sa beauté. Pour ce qui est de la religion, à moins que les pierres ne se mettent à parler (mais dans des îles au Nord du Monde, sait-on ce qui peut advenir ?), on en restera aux supputations, approximations, reconstitutions expérimentales, certaines rigoureuses, d’autres plus… romantiques.

En fait, les fouilles du Ness de Brogar, qui se trouve près de Ring du même nom et des pierres dressées de Stenness, ont débuté en 2003, et selon l’usage des chantiers archéologiques, avancent chaque année par campagne de fouille d’une durée toujours très limitée.

Vieux de 5000 ans (donc plus ancien de 800 ans que Stonehenge I), le site a révélé 14 bâtiments, dont certains comportent  des murs peints de zigzags rouges  Des analyses géophysiques suggèrent la présence d’une centaine de constructions entourées d’un haut mur (probablement 3 mètres de hauteur). Était-ce l’enceinte d’un véritable temple ? Un dixième seulement du Ness a été fouillé à ce jour. Et ce n’est peut-être pas tout : des prospections aériennes ont détecté ce que, pour le moment, les archéologues qualifient de « massive anomalie » sous les eaux qui bordent l’isthme de Brogar.

Pour en savoir plus :

En anglais : http://www.orkneyjar.com/archaeology

En français : http://historizo.cafeduweb.com/lire/13141-les-plus-grandes-decouvertes-archeologiques-2011.html

Le Ring of Brogar

Bienheureuse Écosse

Autre temps, autres mœurs avec cette découverte de l’époque viking cette fois – on reste dans notre sujet, les farouches envahisseurs du Nord étant la préoccupation récurrente d’Uther Pendragon puis d’Arthur…

« Le 19 octobre, une équipe d’archéologue anglais des Universités de Manchester et Leicester a annoncé la découverte d’un bateau funéraire viking sur la péninsule d’Ardnamurchan, dans les Highlands écossais. La tombe abrite le corps d’un guerrier nordique, enterré avec ses armes, lors d’une cérémonie païenne remontant sans doute à plus de 1 000 ans… Selon les estimations des chercheurs, le bateau sépulture mesurait environ 5 mètres de long et 1.5 de large. Les archéologues ont trouvé plus de 200 rivets en métal… un couteau, une hache, une épée, un bouclier, une corne à boire en bronze et des poteries. Une analyse aux rayons X a montré qu’ils sont dans un état de conservation remarquable. »* La trouvaille est rare, exceptionnelle même mais, sans vouloir être mesquin, ce navire est beaucoup pus petit que le vaisseau de Groix (entre 12 et 14 m). Celui d’Ardnamurchan a cependant l’avantage de ne pas avoir été brûlé, contrairement à celui de  Groix. Mais dans l’un et l’autre cas, on saluera le bon goût des chefs vikings pour choisir leur dernière demeure !

* http://historizo.cafeduweb.com/lire/13069-bateau-funeraire-viking-ardnamurchan-en-ecosse.html

L’Écosse toujours, mais là on a presque envie de laisser le mystère nous emporter encore et encore.

Sous les murailles du château de Stirling, s’élève une construction de terre circulaire, le King’s Knot (le nœud du roi), également baptisée Table Ronde, dont la construction est attribuée roi Arthur, ou aux Romains ou à l’aristocratie locale, ou au petit peuple. Une équipe d’archéologues, dirigée par le Dr Richard Jones de l’Université de Glasgow a lancé au moi de septembre « la première phase d’une étude géophysique du site et de ses alentours. La butte sera ainsi méticuleusement observée au scanner afin que les chercheurs puissent à avoir une meilleure vision de ses fondations et en déterminer l’origine. »*

*http://historizo.cafeduweb.com/lire/12801-les-archeologues-ecossais-vont-ils-resoudre-mystere-table-ronde.html

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s