Centre de l'Imaginaire Arthurien

Le Blog officiel du Centre de l'Imaginaire Arthurien

Tant d’adieux en ces mois noirs…

2 Commentaires

C’est la nuit qu’il est beau de croire à la lumière. Combien de fois avons-nous lu ou entendu cette citation d’Edmond Rostand, si bien adaptée à ces quelques jours d’avant Noël.

Mais il devient plus difficile (et plus nécessaire) de la répéter et d’y croire quand les mois noirs emportent, les uns après les autres, de bien chers compagnons.

Dans les jours de Samain, André Waroquy a été premier à nous quitter. La maladie a eu raison de son courage et de son humour, pourtant sans faille. Nous garderons, passé le temps du deuil, le souvenir de cet ami de grande culture et de grande fidélité. Et nous nous souviendrons combien il avait l’extrême générosité de nous faire rire, sans acidité, sans agressivité : un des plus beaux cadeaux sans doute qu’on puisse offrir à son prochain. Combien de fois, pendant les Semaines arthuriennes, nous nous sommes demandé si les spectateurs qui s’amusaient de si bon cœur pouvaient deviner le très sérieux universitaire, ou l’amoureux de la musique classique derrière ce violoneux, ce personnage de Bilbo farceur qu’il s’était composé ?

Un mois plus tard, un autre compagnon de grand cœur et de belle générosité s’est esquivé sans préavis. Patrick Montain accompagnait, avec son épouse Anny, le Centre Arthurien depuis 16 ans. Il nous est bien difficile d’associer la tristesse du deuil au souvenir de ami qui, malgré ses peines, ses soucis, son dévouement à un métier éprouvant, montrait toujours un visage rieur, et une gaieté communicative au sein des groupes de mise en œuvre des expositions. Est-ce pour cette volonté d’aimer et de faire partager, en toute conscience, le meilleur de la vie, que la cérémonie qui a réuni son épouse, sa famille et quelques proches pour répandre ses cendres était toute de paix, d’émotion contenue, et d’une grande sérénité malgré le chagrin. Son âme vogue maintenant en Brocéliande, où il avait, depuis des années, décidé de passer son éternité.

Qu’Annelise Waroquy et ses enfants, tout particulièrement Albert, qu’Anny et ses enfants, sachent bien que nous garderons vivant le souvenir de nos compagnons, et que notre peine est grande.

En novembre aussi, nous avons adressé un autre adieu à Thierry Delcourt dont nous savions depuis plusieurs mois quel terrible combat il livrait contre la maladie qui a fini par gagner. Il venait d’avoir 52 ans. Directeur du département des manuscrits à la Bibliothèque nationale de France,  il y avait organisé l’exposition consacrée au roi Arthur, en 2009. Il avait participé aux travaux de la Société Internationale arthurienne. Nous gardons le souvenir d’un homme de cœur, passionné par la Matière de Bretagne et œuvrant pour la faire connaître à tous. Puisse la barque d’Avalon l’avoir accueilli à son bord comme un preux de la Table Ronde. Lors de la cérémonie de ses obsèques, qui ont eu lieu le 26 novembre, il avait demandé qu’on lise deux lais arthuriens…

Et le matin du 20 décembre, si proche du solstice d’hiver, c’est encore une très triste nouvelle qui nous a atteints. Annie Masson, Anny M., notre dame blanche, s’en est allée tout doucement, avec l’élégance que nous lui connaissions. Elle était une vraie lumière de Brocéliande, un grand cœur toujours prêt à aider, partager, soutenir. Elle avait la passion de la forêt, de ses légendes, des plantes, des traditions, des livres et de l’écriture. Elle n’hésitait pas à combattre pour les causes justes et savait se passionner pour toutes les merveilles qu’elle voyait dans le monde. Si quelqu’un mérite de marcher dans la lumière, c’est bien elle. Mais elle nous manque déjà, sur nos chemins de terre, dans le froid de l’hiver, la nuit, au long des jours qui viennent. Même si nous sommes sûrs de l’entrapercevoir dans la gloire du printemps futur… So long, Anny !

Advertisements

2 réflexions sur “Tant d’adieux en ces mois noirs…

  1. ce petit mot sur Annie, alias La Dame Blanche, nous émeut paticuliérement. Nous la connaissions un peu, nous en gardons le souvenir d’une dame très gentille toujours souriante. Lorsque nous avons appris son décès, nous avons eu, nous aussi beaucoup de peine. Elle restera dans nos coeurs à tout jamais.

  2. Bonjour, j’ai connu annie de par nos blogs du temps de windows live, je viens d’apprendre qu’elle nous a quitté, mes condoléances à sa famille et à ceux qui l’on connu.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s